Plosser bouscule une dynamique haussière un peu lasse

350000a


Les nouvelles relatives à l’économie américaine sont plutôt engageantes : Les prix de l’immobilier américain selon l’indice Case Schiller augmentent pour un quatrième mois consécutif de 1,6 % en juillet et viennent conforter une salutaire reprise, même si les prix sont encore 30 % inférieurs à leur pic de 2006.
Il faut y voir la conséquence de la politique ultra-accomodante de la Fed visant à promouvoir des taux hypothécaires historiquement bas, qui encouragent de plus en plus de nouveaux acheteurs à profiter d’un moment jugé « idéal » pour faire une acquisition.
À cela s’ajoute un sentiment du consommateur américain en net rebond en septembre, de 61,3 à 70,3 affectant aussi bien la perception de la conjoncture présente que les perspectives d’avenir. Il n’en reste pas moins que ce niveau de confiance est encore très en deçà des 100 que l’on observait avant la grande crise de 2008.
Ces nouvelles encourageantes auront permis aux CAC 40 de terminer la séance sur un chandelier plutôt favorable après avoir testé la base de son canal de tendance ascendant de court terme légèrement au-dessus de 3470 points. Mais la configuration d’ensemble avec une clôture en deçà de 3525 n’autorise pas à exclure l’hypothèse d’une cassure éventuelle vers 3410, d’autant que les indices américains, après une réaction mitigée à ces bonnes nouvelles, accusent le coup d’un commentaire destructeur de Charles Plosser, Président de Fed de Philadelphie, pour exprimer un doute sur l’efficacité des dernières mesures du QE3 décidées par la FED.
Le Dow Jones termine en baisse de 0,74% à 13459 et au plus bas, le Nasdaq lâche 1,35% à 3118, et le S&P500 revient plus dangereusement sur les 1440, en baisse de 1,02% à 1442 points, avec un risque de rechute vers 1420 en cas d’enfoncement.
Le marché était bridé par un conflit de perceptions entre deux notions : Une Europe financière dont l’intégrité serait sauvée par la BCE, ce qui permet une plus grande tolérance au risque, face à une activité économique affligeante relayée par des indicateurs de sentiments inquiétants. À la faveur des propos de Charles Plosser, il semble bien que le conflit soit près de basculer du côté des vendeurs.
Quelques achats seront possibles à condition de tenir le support des 3470, mais l’euphorie à très court terme affichée par de nombreux gérants dans la perspective d’une demande d’aide éventuelle de la part de l’Espagne jeudi nous paraît un peu surfaite. Sur fond de baisse des indices américains il semble préférable de préserver au minimum quelques liquidités, que l’on appréciera de pouvoir replacer à meilleur compte vers 3410 points si les 3470 sont enfoncés.

350000b


CAC (PXI)
Principaux indicateurs
Cours au le 1er déc 2022 Performance Indicateurs
6753.97 (+0,23%)€ à 1 mois :  6,72% Volume moyen 20 jours : 3,3 M
à 4 mois : 4,92% Résistances : 6760 / 6830 / 6910 / 6983 / 7105 / 7185 / 7220 / 7305 / 7380 / 7505 / 7650
à 6 mois : 3,13% Supports : 6710 / 6610 / 6570 / 6510 / 6450 / 6380 / 6250 / 6180 / 6110 / 6040 / 5910 / 5780 / 5630 / 5580 / 5375 / 5215
à 1 an : -3,58%

Consensus »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.